L’enthousiasme, étalon et moteur d’une vie harmonieuse.

L’enthousiasme, étalon et moteur d’une vie harmonieuse

Vous êtes-vous déjà observés quand vous agissiez avec enthousiasme ? Quel était votre regard sur vous-mêmes, sur les autres et sur votre existence ? Vos actes n’étaient-ils pas extrêmement fluides, même dans l’effort ? N’étiez-vous pas habités pas l’agréable sentiment de vous sentir utiles ou, tout au moins, rayonnants pour autrui ? 

À l’origine, il y avait l’enthousiasme

Une fois n’est pas coutume : à l’entame de cet article, que le lecteur me pardonne, je vais me permettre de parler de moi. 

Quand je regarde ma vie, je me rends compte qu’elle a été guidée suivant un fil conducteur qui n’a jamais dévié. Toute petite, j’aspirais à devenir missionnaire et chanteuse. À l’époque, évidemment, je ne connaissais rien d’autre des missionnaires que ceux qui, lors de leurs voyages, posaient un temps leur valise dans notre ville et transmettaient leur passion avec fougue et humanité.

L’enthousiasme personnalise ses formes

Plus j’ai avancé en âge et en expérience, plus « Je veux être missionnaire » est devenu « Je me sens missionnée à rayonner la joie et à éveiller les personnes afin qu’elles deviennent toujours plus libres, plus heureuses et plus aimantes. »

Et même s’il y eut une parenthèse égotique liée à la recherche de mon identité, qui me faisait aspirer au statut de vedette, la chanson pour moi procédait du même désir : relier les personnes par la musique, et leur insuffler des messages porteurs de vie et d’amour. 

L’enthousiasme est désintéressé

Depuis toujours, une sorte de projet s’est donc dessiné en moi, presque à mon insu, qui me pousse à apprendre la Vie et à transmettre tout aussitôt ce que je découvre, par l’écriture, la parole ou le chant. Ce souffle me dépasse, me permet de servir des buts qui vont au-delà de moi-même et m’amènent à faire des choix et à poser des actes qui m’étonnent, ne regardant ni au temps, ni à l’argent dépensés. C’est dans cet élan que je pressens que mon existence a un sens. 

Cette longue digression m’amène au cœur du sujet de mon article : l’enthousiasme comme moteur et étalon d’une vie qui a du sens.

L’enthousiasme se distingue de l’impulsion

Et lorsque je parle d’enthousiasme, je ne le confonds pas avec l’impulsion, réaction secondaire à une émotion suscitée par mon interprétation du présent,  à partir de ce que j’ai vécu…  dans le passé. 

L’impulsion est traumatique, en ce sens qu’elle ne se base pas sur le réel, mais à partir d’une personnalité que je me suis construite pour m’adapter à ma famille, puis à la société. 

L’enthousiasme, quant à lui, semble surgir du vide, même s’il est réveillé par un élément déclencheur. C’est ainsi qu’il me conduit à créer l’inédit, en suivant le mouvement de la Vie, qui se renouvelle à chaque instant. 

L’enthousiasme est gratuit, il naît de l’Être et s’adresse à Lui et, même s’il requiert des biens matériels, il ne les poursuit pas dans l’avidité, mais comme de simples instruments lui permettant d’incarner ses valeurs suprêmes.

L’étymologie du mot enthousiasme parle d’elle-même : « inspiration divine ». Malheureusement, le mot Dieu évoquant une image qui s’est dévoyée au cours des siècles, je lui préfère « inspiration de la Vie » et ce, afin d’harmoniser mon propos au plus grand nombre de ceux qui me lisent ou m’écoutent. 

L’enthousiasme génère des talents uniques

Et c’est comme si cette inspiration, cet élan de l’être, créait le talent nécessaire à la réalisation de son œuvre. 

Je nais avec des qualités, je développe des compétences, j’acquiers une expérience qui me permettent de faire fleurir les promesses qui semblent avoir été semées en moi depuis ma conception. Parallèlement au réveil de mon enthousiasme se dessinent peu à peu mes talents véritables, couleurs uniques que prennent chez moi des qualités partagées avec de nombreuses autres personnes. 

Mon enthousiasme et mes talents traduisent ma dignité : servir le vivant avec ma couleur personnelle

Aujourd’hui, il me plaît de penser que le sens de mon existence se situe là, au point de convergence entre mes enthousiasmes, mes talents et mes valeurs. C’est ce point de rencontre qui me révèle ma dignité : servir le vivant. En prendre conscience me réjouit comme une triple bonne nouvelle : nous pressentant tous reliés, je sais que j’ai le pouvoir d’influer sur le monde, je suis précieuse et irremplaçable, et ce que je peux offrir de plus inestimable se situe à l’endroit de ma joie la plus pure. 

J’aime imaginer comme la planète s’enchanterait si nous permettions à chacun de nourrir ses enthousiasmes, de révéler ses talents propres et de les marier de façon audacieuse, au service du beau, de l’harmonie, de la paix et de la justice dans le monde. Comme l’accompagnement de nos enfants serait tout autre également ! 

Je peux réveiller et nourrir mon enthousiasme

Ce qu’il y a de merveilleux avec l’enthousiasme, c’est que, lorsqu’il précède mes pas, l’univers semble m’ouvrir la voie, je n’ai qu’à m’y abandonner de façon fluide, aussi facilement qu’un gland s’érige en chêne, se laissant, en surface seulement, dessiner par le soleil, la pluie, les vents et les animaux.

La moindre lourdeur présente dans mon quotidien me révèle que des scories de mon ego se sont déposées sur mon « inspiration », qu’inconsciemment,  j’ai colorée de ma petite volonté identitaire. 

Alors, pour réveiller mon enthousiasme, le dépoussiérer et le préserver dans toute sa pureté, j’ai à ma disposition des outils me permettant d’exercer ma vigilance : je peux méditer, par exemple, pour m’entraîner à vivre dans le présent, seul réel, à observer avec bienveillance, mes sensations, mes émotions et mes pensées, et me libérer autant que possible de la dictature de mon petit moi. Je peux m’employer à développer une personnalité de gratitude qui élargit mon regard et ma conscience à ce qui va bien, tant chez moi qu’autour de moi et dans le monde. Je peux m’entourer d’amis qui m’inspirent et croient en moi, etc. 

En conclusion, me réapproprier mon enthousiasme me rend pleinement vivant et sert le monde

Quelles que soient les méthodes que je choisis pour le nourrir, lorsque je me réapproprie mon enthousiasme comme étalon et moteur de mon existence, je remets l’intelligence de la Vie au cœur de ma vie et je me reconnecte à ma noblesse originelle en lui permettant de s’incarner, de façon unique, dans un service au monde qui participe de son réenchantement… Et ma vie prend tout son sens…

Publié dans le magazine Être plus, mars 2020

Éveiller nos enfants à leur spiritualité

Et si nous entendions les malaises de nos enfants et de nos ados ? Ils ont des besoins que notre société du faire et du paraître ignore trop souvent. Or, si nous savions les écouter et y répondre, en donnant la priorité à la nourriture de l’Être, en aidant nos enfants à apprendre à vivre, à se connaître, à prendre soin d’eux-mêmes, des autres et de la nature, ils découvriraient leur dignité, naturellement et joyeusement,  en  mettant leur talent unique au service de la communauté et en apportant des solutions pour notre planète qui se métamorphose.  
Mon livre est un plaidoyer pour que l’on permette à nos enfants et à nos ados de se créer une colonne vertébrale solide et ancrée dans le Vivant, avant de les inciter à développer d’autres compétences. Celles-ci se cultivent d’ailleurs d’elles-mêmes lorsque les besoins fondamentaux sont comblés. 
Mes arguments spécifiques reposent sur une longue pratique dans l’enseignement secondaire et sur de multiples témoignages d’élèves dont l’approche a transformé la vie. 
Cet ouvrage propose également des outils pratiques à destination des parents et des enseignants prêts à s’engager dans ce processus, avec leur couleur personnelle.  

Chanter pour changer le monde

Ci-dessous, vous trouverez un lien vous permettant d’écouter ou de télécharger les chansons que j’ai écrites pour mes élèves. Résolument enthousiastes, elles sont essentiellement destinées à être chantées en groupe.

Ce que j’aime et qui m’aide beaucoup, ce sont les chansons. Pas simplement de les chanter, mais de les chanter en comprenant le sens. Lola

Ce qui m’a aidé à approfondir ma compréhension, ce sont surtout les chansons porteuses de messages.Lilian

Ce qui m’a le plus mise en confiance était sans aucun doute de chanter.Lisa

https://dominiquehubert1.bandcamp.com/releases

En colère

 

 

pcbigouden.over-blog.com
pcbigouden.over-blog.com

Je suis en colère contre le système scolaire qui déresponsabilise les enfants en les plaçant dans une relation frontale. Ils se vivent au combat qui les oppose à leurs professeurs, donneurs de notes, plutôt qu’au sein d’un processus qui peut les aider à se rapprocher de leur potentiel et de leur projet de vie.En fin de compte, la plupart des jeunes finissent par viser le minimum requis en oubliant de s’interroger sur la valeur du diplôme qu’ils sont en train de se construire. La plupart des jeunes se sabotent inconsciemment…

Je suis en colère contre le système scolaire qui paralyse la créativité et le dynamisme des professeurs, en leur donnant des balises tellement précises qu’ils n’ont plus d’autre choix que d’avancer le nez sur le guidon et sur leur sacro-saint programme.Les enseignants n’ont pas le temps de s’interroger sur le sens de l’éducation, sur les fondements de leur pratique, pas le temps d’écouter leurs élèves comme ils le souhaiteraient, pas le temps de partager un enthousiasme commun, pas le temps… et bien vite, plus d’énergie…Ils sortent aigris de ce rapport de force dans lequel ils deviennent bourreaux malgré eux.Beaucoup de professeurs sortent usés de cette aventure et attendent leur retraite avec impatience…

Aujourd’hui, nombre d’entre eux sont tellement las du comportement de leurs élèves qu’ils déploient le peu d’énergie qui leur reste à rechercher le cadre disciplinaire le plus adéquat pour le travail et pour l’étude. Cette quête effrénée d’une solution extérieure, souvent punitive, qui tente par tous les moyens de canaliser l’attention des jeunes,[1]en renforçant les murs de leur école/prison, me fait penser à de nombreuses solutions générées par la peur de maints gouvernants et spécialement de l’extrême droite : plutôt que de prendre conscience que des jeunes se réfugient dans la délinquance ou le radicalisme parce qu’on ne leur a pas donné la possibilité de se forger une identité positive et reconnue par tous, plutôt que de travailler en amont sur l’accueil, et surtout sur l’écoute des véritables besoins d’enfants aux richesses multiples, les états se barricadent de plus en plus en se militarisant.

Et si nous prenions de l’altitude ? Si nous prenions conscience que les enfants du XXIe siècle ne sont plus ceux d’antan ? Si nous acceptions de les laisser nous dire qui ils sont aujourd’hui, le besoin qu’ils ont d’évoluer de façon horizontale, côte à côte, en synergie. Si nous nous rendions accessibles au désir qu’ils ont de nous sentir partenaires de leurs projets personnels, projets qui, seuls, ont le pouvoir de donner du sens à une démarche d’apprentissage ?

Se laisser interpeller par eux, c’est accepter de lâcher prise. D’où vient que nous soyons si persuadés qu’il leur est nécessaire de connaître toutes les matières enseignées à l’école, qui plus est, sous un angle bien précis ?D’où nous attribuons-nous le pouvoir de décider qu’un jeune a acquis ou non les bases nécessaires pour s’envoler de ses propres ailes ?Sommes-nous au courant des avancées de « la neurobiologie moderne (qui) a démontré que (…) le cerveau se développe là où nous l’utilisons avec enthousiasme ! »[2]

Redonner du sens, écouter nos enfants nous parler de leurs émotions, de leurs rêves, leur rendre leur pouvoir sur leur vie en les encourageant à écouter la transcendance de leur Désir profond[3], les aider à canaliser leurs forces vers l’expression toujours plus concrète de leur potentiel, cultiver avec eux le plaisir d’évoluer ensemble, voilà quelques pistes pour réformer l’école, si l’école peut avoir encore une quelconque utilité.

Permettons à chaque jeune d’avancer vers une vision toujours plus claire de son potentiel et de ses rêves et ce, en mettant en place des outils concrets de connaissance de soi et de confrontation à la réalité dès les premières années.[4]Supprimons le caractère sanctionnant des évaluations pour ne leur laisser qu’un rôle d’information afin que chacun s’y mesure en fonction de ses projets.Professeurs et élèves, retrouvons l’enthousiasme du jeu si propice à l’apprentissage !

Et sortons enfin de l’idée qu’il faut souffrir pour apprendre ! Ce sont la joie et la complicité qui nous donnent l’envie de nous dépasser sans cesse, pas vrai ?

 

[1] Je visualise un ballon plein de trous que l’on essayerait de colmater par tous les moyens. Dès qu’un orifice est rebouché, d’autres apparaissent à d’autres endroits.

[2] André Stern, Semeurs d’enthousiasme, Manifeste pour une écologie de l’enfance, L’Instant présent, 2014

[3] Propos inspirés par Denis Marquet, Nos enfants sont des merveilles, Les clés du bonheur d’éduquer, Nil, 2012

[4] Voir mon article intitulé « Des talents au service de tous »