Belle surprise : un témoignage sur le vif

DSC_0002Depuis cette année, j’ai eu droit à un cours de religion un peu particulier. En effet, au lieu d’étudier la religion en elle-même, on s’intéresse plus au côté relationnel et à la découverte de soi.

Au premier cours, je me suis réellement demandé ce que je faisais là et si tout ça était normal. Qui imaginerait un cours où l’on chante, fait des jeux, etc. ? On a dû faire une minute de silence et j’ai été pris d’un fou rire incontrôlable ; il m’a fallu toute la journée pour comprendre que j’étais en fait plutôt mal à l’aise à ce moment-là.

Aux cours suivants, on a refait la même chose, chant, minute de silence et dire l’émotion qui nous parcourait. Comme au premier cours, je trouvais cela plutôt ridicule et, à vrai dire, je me suis dit : « Génial ! Un cours où je n’aurai rien à faire. » Notre professeur nous a demandé de faire ce qu’elle appelle un « jeu de vie ». Il suffisait de sourire aux gens qu’on croisait. « Super comme devoir, ça ! » Malgré ce que je pensais à ce moment-là, je me suis dit « Pourquoi ne pas le faire ? » et en le faisant, j’ai ressenti comme quelque chose qui changeait en moi.

Le cours suivant, je ne rigolais plus, j’étais même plutôt attentif. Et moi qui, d’habitude, aime faire le pitre, je trouvais ceux qui dérangeaient le cours agaçants. Au lieu de rêvasser pendant la minute de silence, je me concentrais sur moi-même. Au lieu de dire une émotion aléatoire, je réfléchissais à ce que je ressentais vraiment au fond de moi. Je ressortais du cours avec le sourire, mais plus le même… Un sourire sincère et satisfait remplaçait un sourire moqueur et amusé. Après à peine un mois de cours, je me sentais déjà différent au fond de moi, comme plus en paix avec moi-même.

Contrairement à ce que je pensais aux premiers cours, ces deux heures que je voyais comme des cours de « sieste », m’apprenaient de plus en plus de choses sur moi-même et sur les autres. J’ai été en décrochage scolaire ces dernières années et je m’étonne de me voir m’intéresser et m’impliquer autant dans un cours.

Les jeux de vie, qui étaient en quelque sorte les « devoirs », m’apportaient beaucoup plus que des exercices de math ou autres. Les « 1+1=3 », se mettre à la place de l’autre, remercier, et tous les autres me changeaient.

On a eu, un jour, la visite d’un inconnu dans notre classe et il s’est fait passer pour un nouvel élève. Je trouvais ça drôle au début mais, en y réfléchissant, c’était plus un manque de respect qu’autre chose. On a la chance d’avoir un cours qui nous apporte ce que peu de gens peuvent nous apporter et je ne comprends pas comment certaines personnes ne peuvent pas être sensibles à ça…

Ce cours, contrairement aux autres, ne nous apprend pas des choses sur la vie, mais il nous apprend à vivre tout simplement. C’est malheureusement quelque chose que beaucoup de gens n’ont pas appris. Apprendre à s’écouter, à prendre du recul, à se mettre à la place des autres, c’est tout simple, mais trop de gens oublient de le faire. Ces chansons, ces minutes de silence, ces temps de parole, cela fait beaucoup de bien, qu’on le veuille l’admettre ou non.

J’ai appris plus sur moi-même en trois mois de cours qu’en dix-sept ans de vie. C’est drôle quand même, non ? Ceci est véritablement un cours qui devrait avoir lieu dans toutes les écoles du monde. Il aide à se sentir mieux, à se comprendre et à se connaître. Et c’est exactement ce qui manque aux jeunes d’aujourd’hui. L’école, ce n’est pas seulement étudier. On y passe le plus de temps quand on est jeune, raison de plus pour s’y sentir mieux et écouté. On pourrait penser que, comme je ne suis pas un grand travailleur, je trouve forcément ça intéressant de ne pas devoir véritablement « travailler » comme on le fait dans les autres cours, mais ceux qui pensent cela se trompent. On travaille autant à ce cours de religion que dans n’importe quel autre cours. Cependant, au lieu de travailler sur des feuilles ou des manuels, on travaille sur nous-mêmes. L’école nous forme pour notre vie future, non ? Je pense que ce cours, mieux que n’importe quel autre, nous y prépare.

J’ai malgré tout une chose à reprocher à ce cours. Je ne le nommerais pas « cours de religion », mais bien « cours de vie. »

Je souhaite suivre des études d’enseignant par la suite. Je pense que j’utiliserai quelques activités que j’ai pu partager, si j’atteins mon objectif. C’est une expérience incroyable – et encore, je pèse mes mots – et il faut qu’un maximum de gens puisse la vivre.

J’ai beaucoup changé pendant ce trimestre et ce, à de nombreux points de vue, et je pense que le cours de religion y est pour quelque chose. Je suis très enthousiaste pour la suite et j’espère que j’en apprendrai plus sur moi-même et sur les autres. Une relation invraisemblable se crée lorsque l’on est assis en rond dans ce petit local et je ne voudrais pour rien au monde que cela change.

Malgré ses allures de frotte-manche, je tiens à préciser que je pense profondément tout ce que j’ai écrit et que je suis très heureux de pouvoir le partager. Cette expérience restera gravée dans ma mémoire et je vous en remercie.

Lire la suite

Mon enfant est en décrochage, que faire ?

magicmaman.com
magicmaman.com

La question m’a été posée par une maman inquiète et impuissante. Son fils de 18 ans a quitté l’école complètement désabusé. Il ne sait même plus ce qu’il aime.

Ce cas n’est-il pas de plus en plus courant ? Nos jeunes ont tellement évolué que les plus sensibles d’entre eux sont cassés par une école qui nie leur potentiel différent et leurs besoins profonds, pour les formater coûte que coûte à un monde machiste qu’ils réprouvent.

Sans prétendre avoir toutes les réponses, parce qu’un individu n’est pas l’autre, j’aurais envie de partager quelques suggestions à ces parents et ces adolescents en peine :

  • Parents et enfants, prenez le temps de vous remettre en phase avec vos objectifs de vie et ce qui vous enthousiasme ! Accordez-vous des moments d’arrêt pour retrouver votre nature profonde, individualisée, et ainsi vous reconnecter à votre élan de vie spontané, celui qui vous met en-vie, qui vous donne envie d’être utiles à l’autre, à la planète ?
  • Dans ce cas, Gitta Mallasz aurait conseillé, je crois, d’avoir à la maison une « chaise des envies» sur laquelle s’asseoir tous les jours et y laisser émerger une envie pour le moment présent. On ne la quitterait que lorsqu’on aurait trouvé un motif de plaisir ou d’enchantement, à mettre en œuvre immédiatement. Jour après jour, petit pas par petit pas, parents – parce qu’il est important d’éprouver soi-même ce que l’on suggère à l’autre- et adolescents, vous retrouveriez cet élan spontané qui vous animait lorsque vous étiez enfants. Vous pourriez peu à peu reprendre contact avec votre joie primordiale d’être vivants. Sans doute, les premiers pas seraient incertains, sans doute y aurait-il des pétards mouillés, mais il me semble qu’à la longue, les petits plaisirs pourraient faire la place à de plus grands enchantements. En tout cas, vous ne perdriez rien à essayer. À moins de croire qu’on n’est pas sur terre pour rigoler…
  • En tant que parents, je suggérerais également à mon enfant de consacrer un temps de chaque journée au bien de tous, par un service (petit ou grand) qu’il choisirait lui-même de rendre à sa famille ou à la société. Il redécouvrirait par là le plaisir qu’il y a de se sentir utile aux autres et retrouverait l’intuition de sa noblesse.
  • Pour le reste, je ferais confiance à la Vie et au potentiel de mon enfant : reconnecté à la transcendance de son Désir, il finira par retrouver l’enthousiasme qui pousse chaque être à se dépasser sans cesse et la « vraie » vie sera sans conteste sa meilleure … école.

Lire la suite

École : les « dys » n’existent pas

 

123sejours.com
123sejours.com

De plus en plus de professeurs, de spécialistes bien intentionnés, de firmes pharmaceutiques moins généreuses sans doute, dépensent leur énergie pour accompagner les élèves dits à problèmes, c’est-à-dire les dyslexiques, les dyscalculiques, les TDAH, les HP et j’en passe. On peut ajouter à cette liste les enfants en décrochage ou les phobiques. Avec le temps et les observations, les « maladies » étranges se multiplieront à coup sûr.

Mais s’il n’y avait pas de réel problème ? Si les difficultés rencontrées par certains jeunes n’étaient que le révélateur de normes aléatoires et dépassées ? En se regardant dans le miroir de ses enfants en mal d’apprendre, l’école peut y voir son propre handicap : une inadéquation à l’évolution des consciences.

L’école tout entière est à réinventer : il faut pour cela un déplacement du cadre et de l’autorité, ceci afin de permettre à chacun de développer ses talents uniques et donner la pleine mesure de ses possibilités, en tenant compte de ses limites particulières.

Déplacer le cadre, c’est offrir une souplesse absolue en ce qui concerne les matières et les horaires. Déplacer l’autorité, c’est accorder aux professeurs la permission de vivre leur vocation première, c’est-à-dire non pas sanctionner des matières non comprises ou non apprises, mais se mettre au service de chaque être qui souhaite apprendre des connaissances qu’il peut lui transmettre.

La nouvelle autorité de l’éducateur, comme celle du parent, si bien évoquée par Denis Marquet[1], sera d’encourager l’enfant à écouter la transcendance de son Désir profond, c’est à dire l’appel particulier de la Vie en lui, et d’y répondre sans relâche, en évitant les tentations de l’immédiat et du plaisir facile. (Entre son envie de jouer à la PlayStation et son Désir de devenir médecin ou guitariste, par exemple.)

Dès lors, l’évaluation ne pourra plus se faire en sens unique mais devra se baser sur un dialogue authentique entre le jeune et son professeur : quelle est ma situation aujourd’hui par rapport aux objectifs que je me suis fixés et les connaissances actuelles dans ce domaine que le spécialiste que j’ai devant moi peut m’enseigner ?

Au sein d’une telle école, dans laquelle il n’y aurait d’autre obligation que le respect de sa véritable dignité et celui de tous les êtres vivants, l’apprentissage ne s’arrêterait que lorsque le jeune aurait l’impression d’avoir épuisé tout ce qui était bon pour lui, de la même façon que l’on change de maître de musique lorsque l’ancien nous a appris tout son savoir personnel.

Si l’école répond à ces promesses de découvrir et de nourrir la singularité de chacun, il est peu probable que l’on se heurte ensuite à des difficultés de trouver un emploi, car la richesse particulière de tout être peut trouver une utilité au service de la société, dans des métiers sans doute à réinventer sans cesse.

Oser une telle métamorphose demande de lâcher-prise, d’oser l’inconnu, de risquer de se tromper. Mais ne vaut-il pas mieux errer dans le nouveau que de s’enferrer dans un ancien qui ne donne plus de fruits ? Quelle belle aventure nous attend là !

 

 

[1] Denis Marquet, Nos enfants sont des merveilles, Les clés du bonheur d’éduquer, Nil, 2012

Lire la suite