J’aime leur folie

(CEBO, Dominique Hubert, novembre 2011)

midi-pile-coaching.com
midi-pile-coaching.com

En lisant ses copies
Le regard embué
La prof chante merci
Pour autant de beauté
Elle a choisi la joie
Comme fil conducteur
Et a montré la voie
Pour donner le meilleur

Féminité cachée
Trop longtemps oubliée
Par ses sœurs épaulées
Elle l’a retrouvée
Enfin réconciliée
La voilà honorée
Dans les regards croisés
Qui disent sa beauté

Peut-être sont-ils fous
Mais j’aime leur folie
Car ell’ donne le goût
De répandre la vie
Dans ce monde en déclin
Je suis fière qu’ils osent
Marcher avec entrain
Vers sa métamorphose 

Lui, c’était un requin
Qui renvoyait froid’ment
Des employés atteints
Pour faire de l’argent
Aujourd’hui l‘empathie
Éclaire son visage
Il devient un ami
Pour les gens de passage

Perdu par trop de peurs
Il avait désappris
Le langage du cœur
Et celui de la Vie
En redevenant homme
À la fois humble et fier
Il se sent libre comme
Le p’tit enfant d’hier

Peut-être sont-ils fous
Mais j’aime leur folie
Car ell’ donne le goût
De répandre la vie
Dans ce monde en déclin
Je suis fière qu’ils osent
Marcher avec entrain
Vers sa métamorphose

Au sein de la famille
En toute bienveillance
La tendresse pétille
Et accueille l’enfance
La douceur du cocon
Les rir’s nous ont nourris
En paix nous repartons
Pour vivre notre Vie

Peut-être sont-ils fous
Mais j’aime leur folie
Car ell’ donne le goût
De répandre la vie
Dans ce monde en déclin
Je suis fière qu’ils osent
Marcher avec entrain
Vers sa métamorphose

Dis oui à la Vie

16 novembre 2011

Unknown
recit-cssamares.qc.ca

 

 

Sur le ch’min de l’école

Comm’ c’est long de marcher

Je m’ennuie, raz le bol

Impatient d’arriver

Puis je dis « Oui à la Vie »

Je souris à cet homme

Que j’en viens à croiser

Son visage rayonne

J’ai gagné ma journée

 

Dis « Oui » à la Vie

Que tu n’peux changer

Relèv’ le défi

Qu’ell’ t’a présenté

C’est là que t’appelle

La voix de ton cœur

Qui donne des ailes

À ta vraie grandeur

(Deviens l’enchanteur

De ton existence

Sois le découvreur

De ta propre essence)

 

Mon copain va passer

Quand les cours s’ront finis

J’ai oublié la clé

J’en pleure de dépit

Puis je dis « Oui » à la Vie

J’achète des gozettes

Pour aller promener

Un piqu’nique c’est chouette

On va bien s’amuser

 

Merde il faut étudier

Pour l’examen d’histoire

Un’ soirée de gâchée

Ça m’fait broyer du noir

Puis je dis « Oui » à la Vie

Je chante ma leçon

Sur un air que j’préfère

Mon improvisation

M’donne une pêche d’enfer

Je veux de l’utopie

17 avril 2014

images-1
Auroville. Crédit image : limpide.ch

 

J’veux d’l’utopie
Pour vivre debout
Choisir un’vie
Qui vaut le coup
J’veux d’l’utopie
Pour vivre debout
Choisir un’vie
Qui a du goût

Que croyez-vous qu’ils créent
Ceux qui ricanent, ceux qui soupirent
Que croyez-vous qu’ils créent ?
IIs ressemblent tell’ment
À ceux qu’ils blâment et qu’ils déchirent
Miroirs de leurs tourments

Bien sûr rien n’est parfait
Mais j’fais mes gammes sur le sourire
Bien sûr rien n’est parfait
C’est un regard confiant
Qu’il faut aux hommes pour bâtir
Un monde chatoyant

Ce sont nos propres yeux
Qui créent le noir ou la couleur
Ce sont nos propres yeux
J’ai accroché du bleu
À mon regard et à mon cœur
J’ai choisi d’être heureux

Tant pis si l’idée noire
Se rit de ma simplicité
Tant pis pour l’idée noire
J’ose jeter au vent
Des chansons de bonne santé
J’ose vivre en rêvant

L’ambiance de demain
S’écoule de nos utopies
L’ambiance de demain
Je veux vivre en semant
Des chants d’amour et d’harmonie
Vivre passionnément

Chanter

19 mai 2013

Unknown-8
jds.fr

 

Chanter
Déposer les armes
Chanter
Taire le vacarme
Chanter
Pour me ressourcer
Chanter
À ma liberté

Chanter
Sentir la Présence
Chanter
De ma propre essence
Chanter
Pour m’enraciner
Chanter
Dans ma vérité

Chanter
Pour changer le monde
Plutôt que se révolter
Chanter
Propager une onde
Nourrie de fraternité

Chanter
Pour saisir la chance
Chanter
De la bienveillance
Chanter
Pour s’encourager
Chanter
À se dépasser

Chanter
Pour que l’on s’assemble
Chanter
Pour créer ensemble
Chanter
Et s’émerveiller
Chanter
De notre amitié

Chanter
Vivre la puissance
Chanter
De nos cœurs qui dansent
Chanter
Pour manifester
Chanter
Notre Humanité

Chanter
Pour se connecter
Chanter
À l’Éternité

Belle surprise : un témoignage sur le vif

DSC_0002Depuis cette année, j’ai eu droit à un cours de religion un peu particulier. En effet, au lieu d’étudier la religion en elle-même, on s’intéresse plus au côté relationnel et à la découverte de soi.

Au premier cours, je me suis réellement demandé ce que je faisais là et si tout ça était normal. Qui imaginerait un cours où l’on chante, fait des jeux, etc. ? On a dû faire une minute de silence et j’ai été pris d’un fou rire incontrôlable ; il m’a fallu toute la journée pour comprendre que j’étais en fait plutôt mal à l’aise à ce moment-là.

Aux cours suivants, on a refait la même chose, chant, minute de silence et dire l’émotion qui nous parcourait. Comme au premier cours, je trouvais cela plutôt ridicule et, à vrai dire, je me suis dit : « Génial ! Un cours où je n’aurai rien à faire. » Notre professeur nous a demandé de faire ce qu’elle appelle un « jeu de vie ». Il suffisait de sourire aux gens qu’on croisait. « Super comme devoir, ça ! » Malgré ce que je pensais à ce moment-là, je me suis dit « Pourquoi ne pas le faire ? » et en le faisant, j’ai ressenti comme quelque chose qui changeait en moi.

Le cours suivant, je ne rigolais plus, j’étais même plutôt attentif. Et moi qui, d’habitude, aime faire le pitre, je trouvais ceux qui dérangeaient le cours agaçants. Au lieu de rêvasser pendant la minute de silence, je me concentrais sur moi-même. Au lieu de dire une émotion aléatoire, je réfléchissais à ce que je ressentais vraiment au fond de moi. Je ressortais du cours avec le sourire, mais plus le même… Un sourire sincère et satisfait remplaçait un sourire moqueur et amusé. Après à peine un mois de cours, je me sentais déjà différent au fond de moi, comme plus en paix avec moi-même.

Contrairement à ce que je pensais aux premiers cours, ces deux heures que je voyais comme des cours de « sieste », m’apprenaient de plus en plus de choses sur moi-même et sur les autres. J’ai été en décrochage scolaire ces dernières années et je m’étonne de me voir m’intéresser et m’impliquer autant dans un cours.

Les jeux de vie, qui étaient en quelque sorte les « devoirs », m’apportaient beaucoup plus que des exercices de math ou autres. Les « 1+1=3 », se mettre à la place de l’autre, remercier, et tous les autres me changeaient.

On a eu, un jour, la visite d’un inconnu dans notre classe et il s’est fait passer pour un nouvel élève. Je trouvais ça drôle au début mais, en y réfléchissant, c’était plus un manque de respect qu’autre chose. On a la chance d’avoir un cours qui nous apporte ce que peu de gens peuvent nous apporter et je ne comprends pas comment certaines personnes ne peuvent pas être sensibles à ça…

Ce cours, contrairement aux autres, ne nous apprend pas des choses sur la vie, mais il nous apprend à vivre tout simplement. C’est malheureusement quelque chose que beaucoup de gens n’ont pas appris. Apprendre à s’écouter, à prendre du recul, à se mettre à la place des autres, c’est tout simple, mais trop de gens oublient de le faire. Ces chansons, ces minutes de silence, ces temps de parole, cela fait beaucoup de bien, qu’on le veuille l’admettre ou non.

J’ai appris plus sur moi-même en trois mois de cours qu’en dix-sept ans de vie. C’est drôle quand même, non ? Ceci est véritablement un cours qui devrait avoir lieu dans toutes les écoles du monde. Il aide à se sentir mieux, à se comprendre et à se connaître. Et c’est exactement ce qui manque aux jeunes d’aujourd’hui. L’école, ce n’est pas seulement étudier. On y passe le plus de temps quand on est jeune, raison de plus pour s’y sentir mieux et écouté. On pourrait penser que, comme je ne suis pas un grand travailleur, je trouve forcément ça intéressant de ne pas devoir véritablement « travailler » comme on le fait dans les autres cours, mais ceux qui pensent cela se trompent. On travaille autant à ce cours de religion que dans n’importe quel autre cours. Cependant, au lieu de travailler sur des feuilles ou des manuels, on travaille sur nous-mêmes. L’école nous forme pour notre vie future, non ? Je pense que ce cours, mieux que n’importe quel autre, nous y prépare.

J’ai malgré tout une chose à reprocher à ce cours. Je ne le nommerais pas « cours de religion », mais bien « cours de vie. »

Je souhaite suivre des études d’enseignant par la suite. Je pense que j’utiliserai quelques activités que j’ai pu partager, si j’atteins mon objectif. C’est une expérience incroyable – et encore, je pèse mes mots – et il faut qu’un maximum de gens puisse la vivre.

J’ai beaucoup changé pendant ce trimestre et ce, à de nombreux points de vue, et je pense que le cours de religion y est pour quelque chose. Je suis très enthousiaste pour la suite et j’espère que j’en apprendrai plus sur moi-même et sur les autres. Une relation invraisemblable se crée lorsque l’on est assis en rond dans ce petit local et je ne voudrais pour rien au monde que cela change.

Malgré ses allures de frotte-manche, je tiens à préciser que je pense profondément tout ce que j’ai écrit et que je suis très heureux de pouvoir le partager. Cette expérience restera gravée dans ma mémoire et je vous en remercie.